Mustangs espagnols dans le vent



Photo par Audrey Pavia

Rio rencontre un sac en plastique flottant sur le sentier.

Le sud de la Californie est célèbre pour les vents chauds et secs qui soufflent ici à différentes périodes de l'année, asséchant tout et attisant les feux de broussailles dans les collines. Au cours de la semaine dernière, ces vents de Santa Ana ont été incessants. Le week-end dernier, nous avons eu des températures record. Aujourd'hui, à la mi-janvier, il faisait près de 90 degrés Fahrenheit.

En plus de sécher mes cheveux et d'aggraver le froid thoracique que j'ai réussi à attraper en gelant le week-end dernier, les vents rendent les choses intéressantes autour de la ferme.

Tout d'abord, il y a eu l'incident sur la piste. Lisa, qui entraîne ma jeune Mustang Rio espagnole à devenir un «vrai» cheval, chevauchait Milagro, mon autre Mustang espagnole, et conduisait Rio à côté, sur la piste. Contrairement à la plupart des chevaux, le mien ne semble pas gêné par le vent. Ils prennent le pas. Mais ce jour-là sur le sentier a été particulièrement difficile lorsqu'un sac à provisions en plastique blanc est venu flottant vers eux.

Lisa est habituée à monter des chevaux Warmblood, qui sont généralement beaucoup plus tendus que les Mustangs espagnols, et elle s'est préparée à un fantôme. Au lieu de cela, les chevaux se sont arrêtés et ont regardé le ba flottant alors qu'il s'approchait, puis planait juste en face de Rio. Il l'a regardé avec beaucoup d'intérêt. Heureusement que je lui avais présenté des ballons à l'hélium l'année dernière après que j'en ai eu pour mon anniversaire!

Ensuite, il y a les poulets. Certaines des rafales de vent que nous avons eues ont été violentes, envoyant mes meubles de patio dévaler la cour. Lorsque ces rafales arrivent, les poulets ont l'air de s'envoler. Leurs plumes se détachent jusqu'à la peau et elles se renforcent pour ne pas se renverser. C'est en fait plutôt drôle.

Deux de mes chats d'intérieur aiment essayer de courir dehors si quelqu'un ouvre la porte arrière à l'heure du dîner. Quelle meilleure façon de dire "J'ai faim!" que de courir dehors là où se cachent les coyotes? Mais depuis le début du vent, plusieurs tentatives de courir dehors ont été déjouées. Dès qu'ils entendent le vent battre, ils changent d'avis et retournent dans la maison.

Les chevaux, bien sûr, en ont le pire car ils sont à l'extérieur tout le temps. Le coup de Santa Ana venant de l'Est, donc les jours les plus venteux, tous les chevaux se tiennent la tête tournée vers l'Ouest, le vent leur fouettant la queue. La chaleur est en fait le plus gros problème pour eux, car ils ont des manteaux d'hiver épais. Les cheveux de Milagro ont littéralement 3 pouces d'épaisseur, ce qui est génial quand ils descendent à 34 degrés la nuit, comme ce fut le cas la semaine dernière. Mais aujourd'hui a dû être misérable pour lui quand il a atteint 90 degrés.

Les prévisions météorologiques locales prévoient quelques jours de plus de ce temps plus chaud, mais j'ai hâte que cela se termine. Cependant, j'aime le fait que les flaques d'eau indésirables dans la cour disparaissent très rapidement et que les stalles des chevaux sont belles et sèches. Je suppose qu'il y a vraiment un côté positif à tout.

Tags Audrey Pavia, blog de la ville, équitation dans le vent, temps chaud en hiver, vents de Santa Ana, chevaux Warmblood


Voir la vidéo: Turon espagnol, déc 2013


Article Précédent

Ces États sont parmi les meilleurs dans les fermes certifiées biologiques

Article Suivant

Protégez votre bétail des prédateurs avec des méthodes à l'ancienne